Tout comme le vent , la pluie ou la chaussée, la montée fait partie des aléas du vélo. Certain la déteste, d'autre la vénère. Même au sein des meilleurs coureurs sur le pro tour, il y a des athlètes qui sont classés comme étant de bons rouleurs et d'autres de bons grimpeurs. Contrairement à une sortie sur le plat en peloton où la très grande partie des efforts que vous fournissez sert à combattre la friction de votre corps dans l'air, lors d'une montée c'est une toute autre chose. Comme la vitesse est souvent réduite de beaucoup, la plus grande partie des efforts que vous fournissez sert à combattre la gravité. Ça semble anodin mais, comme vous serrez à même de le constater, c'est une toute autre dynamique. Comme le disent si bien ``les boys`` vous allez entrer dans la zone de  LA  FORCE DU MENTAL !

 

Tout ça pour vous dire que lors des sorties en montagne, la règle du peloton homogène ne tient plus. Le mot d'ordre est : faite votre ascension à votre rythme, on s'attend en haut de la côte où à un point déterminé.

Et dites-vous bien que c'est en grimpant que l'on devient grimpeur! y a pas d'autres façons de s'améliorer.